Accueil > Rome antique > Circus Maximus ou le Cirque Maxime de Rome

Circus Maximus ou le Cirque Maxime de Rome

02/06/2012

Circus Maximus ou encore le cirque Maxime se situe dans une petite vallée qui sépare la colline du Palatin et celle de l’Aventin. De tout temps, ce fut un lieu populaire qui a servi pour des courses de chars et de chevaux, et c’est à la fois le plus grand et le plus ancien hippodrome de la ville romaine. Après de nombreux aménagements à travers les siècles, cette arène pouvait accueillir jusqu’à 250 000 spectateurs assis sur des gradins.

Le Cirque de Maxime à travers les siècles


C’est sous le règne de l’empereur Tarquin que le cirque fut aménagé afin d’y accueillir des courses de chevaux ainsi que les premiers jeux romains. En 329 avant JC, des tribunes en bois y sont installées. C’est alors que le cirque est le théâtre un peu plus tard de jeux et de festivités pour la population qui en était fan. Sous le règne de Pompée, la légende veut que des combats d’éléphants importés d’Afrique s’y déroulèrent.

Sous le règne de Jules César, en 46 avant JC, des fauteuils sont installés sur des gradins pour y recevoir tous les spectateurs d’une manière plus confortable à leur demande, et le cirque de Maxime est agrandi pour atteindre une longueur de 600 mètres sur une largeur de 200 mètres. Afin de protéger le peuple des animaux, une fosse inondée est creusées entre la scène et les gradins.

Circus Maximus sera détruit plusieurs fois au cours de son histoire à cause de divers incendies. Il est restauré une première fois par l’empereur Auguste qui y fit installé un obélisque de Ramsès qui a été déplacé pendant la renaissance par le pape Sixte V afin d’embellir la Piazza del Popolo. Lors du grand incendie dont le foyer pris naissance au Palatin, le cirque de Maxime est totalement ravagé. Il fut donc entièrement reconstruit avec des gradins en pierre et en marbre. Un nouvel incendie eut lieu au IIe siècle et Trajan, alors empereur, ordonna de le reconstruire tellement le lieu était symbolique et apprécié de la population. C’est probablement à cette époque que la capacité totale atteint 250 000 personnes. Sur l’hippodrome, les courses de chars font fureur et il pouvait y en avoir plusieurs dizaines chaque jour afin de satisfaire l’appétit des Romains. En 357, l’empereur Constance y fit installer un deuxième obélisque gigantesque que l’on retrouve aujourd’hui devant la basilique Saint-Jean de Latran. La dernière course de char se déroula en 549, date à laquelle le Cirque de Maxime est laissé à l’abandon et tombe progressivement en ruine.

La Fin de Circus Maximus


Pendant le Moyen Âge, comme de nombreux bâtiments antiques, et principalement au cours de la renaissance, le cirque servi à récupérer des matériaux afin d’aménager les places, les palais et les églises de Rome selon la volonté des Papes. C’est à cette période en 1587 que le gigantesque obélisque est transporté sur la place Saint-Jean de Latran devant la basilique.

De nos jours, le touriste ne peut découvrir que l’immense étendue du cirque, mais malheureusement il ne reste aucun vestige de cette époque. Seuls les deux obélisques sont encore présents dans Rome aux endroits évoqués précédemment. Néanmoins, c’est un lieu incontournable de la Rome Antique car il reste jusqu’à ce jour le plus grand stade sportif du monde. Sur les pentes du mont palatin, on a une vue imprenable sur les ruines de la Domus Augustana qui est une vaste demeure impériale dont vous pouvez avoir des précisions sur la plage consacré à cette colline, berceau de la civilisation romaine.

Categories: Rome antique
Les commentaires sont fermés.