Archive

Archives de l'auteur

Basilique Sainte Croix de Jerusalem

02/06/2012 Comments off

La basilique Sainte-Croix de Jérusalem fait partie des sept églises du pèlerinage. C’est en l’honneur de Sainte-Hélène, la mère de l’empereur Constantin que ce dernier aménagea à la place de son palais cette sublime église qui est l’une des plus anciennes de la ville de Rome. Rappelons que l’empereur Constantin est le premier empereur romain à s’être converti au christianisme. A ce titre, sa mère effectua un pèlerinage à Jérusalem d’où elle ramena de nombreuses reliques ainsi qu’un bout de la Croix de crucifixion du Christ.



Histoire de l’église


Abandonnée après la mort de l’empereur, elle fut restaurée au XIIe siècle par le pape Lucius II qui y instaura les 3 nefs, le clocher et le porche. Au XVIe siècle, le pape Benoît XIV lui donne un aspect baroque avec notamment la construction de la sublime façade. C’est à cette époque que les alentours de la basilique sont aménagés afin de rendre l’accès plus facile à la basilique Saint-Jean de Latran et à Sainte-Marie majeure qui font également partie du pèlerinage des 7 églises.

Architecture et richesses de l’église


La façade baroque contient à son zénith la statue de Sainte-Hélène qui porte la Croix, celle de l’empereur Constantin et de quatre évangélistes. Juste derrière, on admirera le campanile qui date du XIIe siècle.

Le visiteur sera époustouflé par les magnifiques fresques de l’abside qui racontent l’histoire de la découverte de la Croix par Sainte-Hélène. L’intérieur comporte également le tombeau d’un cardinal ainsi qu’un musée avec une magnifique mosaïque du XIVe siècle réalisée par le Pape Grégoire Ier après une vision de Jésus.

La basilique Sainte-Croix de Jérusalem est réputée pour abriter de nombreuses reliques de Sainte-Hélène. Parmi celles-ci se trouve un bout du panneau de la Croix du Christ, un morceau de la Croix elle-même, un doigt de Saint-Thomas ainsi que des éléments de la grotte de Bethléem. Il y aurait même un clou qui servit à la crucifixion.

Autrefois, toutes les reliques étaient conservées dans la chapelle Sainte-Hélène qui est à moitié enterrée et qui se trouve sous le niveau de la basilique. On y admire dans sa voûte une sublime mosaïque qui représente le Christ entouré des évangélistes.

La basilique contient également une autre chapelle en hommage à Saint Grégoire.

À l’extérieur, l’amphithéâtre Castrense qui date du deuxième siècle est utilisé comme jardin officiel de la basilique.

Photos de la basilique


Basilique Saint Paul Hors les Murs

02/06/2012 Comments off

La basilique Saint-Paul hors les murs fait partie des quatre basiliques majeures de Rome. À ce titre elle est rattachée à l’État du Vatican bien qu’elle se situe à deux kilomètres en dehors des murs Auréliens de la ville. C’est à l’emplacement de la tombe de Saint-Paul qui fut décapité sous Néron que l’empereur Constantin décida d’y ériger une basilique. Jusqu’à la construction de la basilique Saint-Pierre du Vatican, la basilique Saint-Paul hors les murs demeure la plus grande église de la ville avec des proportions monumentales : 131 mètres de longueur, 65 mètres de largeur et 29 mètres de hauteur.

L’intérieur de Saint Paul Hors les Murs


La basilique est composée de 5 nefs magistrales et au cours des siècles, elle ne cessera d’être embellie par les Papes. C’est ainsi qu’un mur l’entoura afin de fortifier au Ixe siècle, que des mosaïques furent ajoutées en haut de la façade, un magnifique cloître ainsi que le candélabre Pascale furent ajoutés au XIIIe siècle.

Mais le 15 juillet 1823, un terrible incendie détruit la basilique ainsi que ses nombreuses décorations de l’époque antique, baroque et renaissance. Elle fut entièrement reconstruite selon les plans originels et fut inaugurée par Grégoire XVI en 1840. Le magnifique portique et ses 150 colonnes sont construits en 1928. A l’intérieur de la basilique, outre le tombeau de saint Paul, on remarquera de nombreux médaillons qui entourent la nef principale et donc chacun représente un portait d’un pape. A noter que celui du Pape Actuel Benoit XVI est éclairé en permanence. La basilique comporte également une abbaye bénédictine dans laquelle se déroule chaque année la semaine pour l’unité des chrétiens.

En dessous de l’autel papal se trouve se trouve une pierre tombale qui porte une inscription en l’hommage de Saint-Paul. En dessous, une fenêtre fut crée lors de la dernière restauration afin de permettre aux fidèles d’accéder au tombeau du Saint décapité.

C’est afin de mettre fin à la persécution des chrétiens que l’empereur Constantin et rédigea l’édit de Milan. Après de nombreuses fouilles, le tombeau de saint Paul fut découvert et le lieu fut choisit pour y édifier la Basilique. Son intérieur est composé de 5 nefs soutenues par 80 colonnes monolithiques. Ce fut le lieu préféré des Papes pendant de longs siècles, et ils ne cessèrent de l’embellir en y ajoutant fresques, mosaïques, statues et chapelles.

La grande mosaïque de l’abside qui mesure 24 mètres de largeur pour 12 mètres de hauteur a été construite sous Innocent X au XIIIe siècle. Elle fut endommagée lors du grand incendie mais restaurée à l’identique de son origine. On y admire le Christ entouré de ses Saints lors d’une bénédiction.

Au-dessus de l’autel se situe un superbe ciborium gothique datant de 1285 avec des arcs et des niches qui abritent Paul, Pierre, Timothée et Benoit. Le ciborium repose sur quatre colonnes. On note également la présence d’un candélabre à partir du Xe siècle qui fut construit par des marbriers romains : des scènes de résurrection côtoient d’autres décors avec des végétaux et des animaux.

Dans le transept gauche, se trouve l’autel de la Conversion de saint Paul qui est entouré de deux statues de Saint Grégoire et Saint Bernard. Dans le transept droit, l’autel de l’Assomption reçoit une mosaïque qui décrit le couronnement de la vierge. A ce même endroit se trouve la chapelle Saint-Benoît avec sa statue.

Si l’intérieur de la basilique est majestueux, suite aux dons venus du monde entier après l’incendie de 1823, l’extérieur n’en est pas moins impressionnant. L’entrée est entourée d’un quadriportique entourée de 146 colonnes avec au milieu une statue colossale de Saint-Paul. La façade supérieure est formée de mosaïques qui datent du XIXe siècle et qui représentent notamment le Christ entouré de Pierre et de Paul. Sur la porte centrale monumentale en bronze figurent des périodes de la vie de Pierre et de Paul. La porte Sainte qui est en bronze doré et qui a été ouverte pour la première fois par le pape Jean-Paul II en 2000 illustre le thème de la Trinité.

Enfin, une abbaye accueille une communauté bénédictine depuis le VIIIe siècle. Elle connue des périodes plus ou moins sombres notamment avec la confiscation de ses biens en 1870, mais au cours du XXe siècle, les moines reprirent vie dans cet endroit dont la bibliothèque comporte plus de 10 000 livres du XVe siècle au XVIIe siècle.

Découvrez la Basilique en Images


Basilique Saint Laurent Hors les murs

02/06/2012 Comments off

La basilique Saint-Laurent hors les murs se situe à l’extérieur des fortifications de la ville de Rome. Elle fut érigée sous le règne de l’empereur Constantin qui mit fin à la persécution des chrétiens. C’est en l’honneur de Saint-Laurent qui est considéré comme étant l’un des saints patrons de la ville qu’elle fut construite. Selon les fresques qui témoignent de l’histoire, Saint-Laurent aurait été brûlé vif sur un grill pour avoir refusé de donner à l’empereur Valérien le trésor qui lui avait été offert par le pape Sixte II. En réalité, il semblerait qu’il fut tout simplement décapité et enterré à cet endroit.



L’intérieur de la Basilique mineure et son histoire


De la première basilique qui était majeure, il ne subsiste absolument rien. C’est au cours du Vie siècle que le Pape Pélage II fit édifiée une nouvelle église attenante à la basilique. Néanmoins, au cours du XIIIe siècle, une autre église fut ajoutée à la seconde et les deux sont orientées différemment ce que l’on voit remarque lors de la visite. La basilique Saint-Laurent hors les murs est la seule qui fut endommagée lors de la seconde guerre mondiale. Elle fait toujours partie des 7 églises du pèlerinage mais aujourd’hui elle est mineure.

À l’intérieur, vous découvrirez une nef qui comporte 22 colonnes ioniques de granite. Le campanile date du XIIe siècle, de même que le seul. Le baldaquin est au moins aussi majestueux que le chœur de l’église qui recense encore des restes du Vie siècle. A cet endroit, il est possible d’observer une ancienne arche de triomphe qui est décoré d’une mosaïque représentant le Christ entouré de Pierre, Paul, Stéphane, Laurent, Hippolyte et du Pape Pélage II. Sur les murs sont présentes des fresques qui représentent des moments de la vie de Saint-Étienne et de Saint-Laurent. Le sarcophage date quand à lui du IIIe siècle. Enfin, le cloître qui a été édifié au XIIe siècle permet d’entrer dans les catacombes à l’intérieur desquelles la dépouille de Saint-Laurent fut déposée après son martyre.

Quelques images de l’église


Basilique Saint Clément du Latran

02/06/2012 Comments off

La basilique Saint Clément du Latran est dédiée au Pape Clément Ier. Elle se compose de plusieurs niveaux qui reflètent son histoire à travers les siècles : le niveau le plus bas date du premier siècle, et il appartenait à l’un des premiers sénateurs romains converti au catholicisme. Le niveau qui se superpose à cet endroit est un temple du IIe siècle. Enfin, l’église telle que l’on peut l’observer aujourd’hui date du XIIe siècle et est construite sur les anciennes fondations.

C’est un endroit riche en histoire puisqu’il fut au départ une maison privative, puis un lieu de culte clandestin avant de devenir une église ouverte au public. C’est au XIXe siècle qu’un prêtre ordonna des fouilles archéologiques qui ont permis de retrouver les vestiges de la première basilique dédiée à Saint Clément. C’est au cours du quatrième siècle, alors que le christianisme est devenu religion officielle de la ville que la petite église est agrandie. La nef centrale et l’abside sont construites. Lors des restaurations du XIe siècle, des sublimes peintures du moyen âge sont mises en évidence.

Alors que pendant leur XIe siècle, l’église brûle suite à l’invasion des Normands, elle est reconstruite 15 ans plus tard. La façade comporte des colonnes antiques ainsi que le campanile. L’intérieur de la basilique comporte trois nefs qui sont séparées par des arcades, et le pavement est cosmatesque. Dans le chœur se trouve un ciborium composé de quatre colonnes ainsi que le tombeau de Clément.

Depuis 1667, alors que l’Angleterre interdit l’église catholique irlandaise et expulse du pays des membres du clergé, le pape Urbain VIII offrit aux dominicains irlandais cette église. Ils sont toujours aujourd’hui les gardiens officiels de l’édifice.

Photos de la Basilica di San Clemente al Laterano


basiliquesaintclement9 basiliquesaintclement1 basiliquesaintclement10 basiliquesaintclement11 basiliquesaintclement12 basiliquesaintclement13 basiliquesaintclement14 basiliquesaintclement15 basiliquesaintclement16 basiliquesaintclement2 basiliquesaintclement3 basiliquesaintclement4 basiliquesaintclement5 basiliquesaintclement6 basiliquesaintclement7 basiliquesaintclement8

A la découverte de la Rome Antique

02/06/2012 Comments off

La ville de Rome telle que l’on peut la découvrir aujourd’hui est à la fois un mélange des aménagements et constructions érigées par les empereurs mais également par les Papes quelques siècles plus tard.

Parcourir les sites antiques de Rome vous fera plonger jusqu’à 2000 ans en arrière, là ou l’empire romain dominait l’Europe. Pour affirmer leur supériorité, les empereurs n’hésitaient pas à ériger des constructions gigantesques et plus belles les unes que les autres. Parmi les édifices incontournables de Rome, voici ce que vous devez absolument visiter pour plonger au cœur de l’histoire de la ville éternelle :



Le mont Palatin, berceau de la civilisation romaine, lieu où Remus et Romulus ont été découvert par la louve. C’est la colline sur laquelle les empereurs aimaient construire de grandes demeures pour affirmer leur hégémonie.







Vaste amphithéâtre de forme elliptique, le Colisée est le monument majeur de la ville de Rome. A cet endroit se déroulèrent de nombreux combats de gladiateurs, des reproductions de bataille navale ou encore des combats contre des animaux sauvages. Très impressionnant, aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur, il permet d’avoir en haut une belle vue sur le Mont Palatin et le Forum Romain.





Le Cirque de Maxime fut construit derrière le Mont Palatin afin d’organiser des courses de chevaux dont les romains étaient friands. Ce vaste stade dont il ne reste rien aujourd’hui pouvait accueillir plus de 200 000 personnes et jusqu’à plus de 20 courses par jour.






Le forum de Trajan et les marchés attenants ont été construits à la demande de l’empereur qui voulait alors avoir le plus grand forum de la ville. Il fallut creuser entre deux collines pour aménager cet espace qui se trouve aujourd’hui tout proche du monument Victor Emmanuel II.






Les thermes de Caracalla qui se trouvent à quelques encablures du Cirque de Maxime furent les thermes les plus luxueux de l’empire romain. Ils pouvaient accueillir chaque jour 1600 personnes, et ce fut à la fois un lieu de détente, mais aussi de vie avec des boutiques, des bibliothèques et des endroits pour faire des affaires.






Très bel édifice, le Panthéon situé au coeur de la ville fut reconstruit sous Hadrien. Son rôle changea au cours des siècles, de temples des empereurs, à mausolée, il devient finalement une église, et il inspira bien entendu l’architecte qui édifia le Panthéon de Paris.






La Via Appia est la plus ancienne route pavée qui nous vient de l’antiquité. Célèbre, elle fut le lieu de transit de marchandises et d’esclaves. En poursuivant votre route, vous découvrirez de nombreux mausolées et catacombes car les corps devaient être enterrés à l’extérieur du centre de Rome à cette période de l’histoire.






Premier forum romain, le Forum Boarium est situé à proximité du Tibre. Il fut un haut lieu de commerce du bétail et son emplacement près du Tibre était bien destiné à utiliser le fleuve pour le transport des animaux et des marchandises.







Le Mausolée d’Auguste fut érigé en l’honneur du fils adoptif de Jules César devenu empereur afin de célébrer ses victoires. Recouvert de marbre, il se trouve aujourd’hui dans un bâtiment moderne .







Le Théatre de Marcellus est le plus ancien théatre de pierre qui soit parvenu jusqu’à nous. Une demeure bourgeoise fut construite en y incluant les restes. Avant sa construction, les théatres étaient démontés après chaque représentation car cette activité n’avait pas bonne presse auprès des empereurs.





Categories: Rome antique

Chiesa Nuova de Rome

02/06/2012 Comments off

Chiesa Nuova est une église qui est construite dans la zone du Champ-de-Mars au cours du XVIe siècle. Elle se trouve sur une petite place sur laquelle on peut admirer en levant les yeux au ciel la tour de l’horloge.

C’est l’une des plus grandes églises baroques de la ville construite sur un ancien lieu de culte du XIIe siècle. Elle était le symbole des réformes qui devaient avoir lieu dans le catholicisme.

La façade se compose de deux niveaux et la porte centrale qui est la plus large se trouve juste en dessous d’une statue de la Madonna Vallicelliana. L’intérieur de l’église est composé d’une nef centrale et de deux latérales ainsi que d’une coupole majestueuse. C’est à partir de 1640 environ que les travaux d’embellissement commencèrent.

Cortona est l’auteur des fresques que l’on peut trouver sur la voute, la coupole et l’abside. La fresque de la voûte représente la madone et saint Néri et évoque un épisode de la construction de l’édifice lorsque l’an 1576, la madone apparaît en train de retenir une immense poutre qui allait s’écrouler. A l’intérieur de l’abside, c’est la vierge assomptée parmi les anges et les saints qui est peinte. Enfin, dans la coupole, le triomphe de la Trinité est représenté.

Des sublimes toiles ont été ajoutées à l’église à partir de 1697 afin de décorer l’intérieur de la façade, ainsi que les arcs qui séparent les trois nefs. Elles représentent plusieurs épisodes de l’ancien et du nouveau testament.

Dans le transept, on remarque deux belles chapelles décorées de stucs. Quand à l’autel principal, il est décoré de trois tableaux de Rubens, la Madone aux Anges, Saint Domitille, Nérée et Achillée, et Saints Grégoire, Maurus et Papas.

L’église en images


1510 180 238 325 419 518 618 718 810 911 1013 1114 1211 1311 1411

Basilique Sainte Marie Majeure de Rome

02/06/2012 Comments off

La basilique Sainte-Marie majeure de Rome est l’une des quatre basiliques majeures et à ce titre, elle jouit du statut d’extraterritorialité puisque bien que située à l’intérieur des murs de la ville, elle appartient à l’État du Vatican.

C’est le pape Libère qui fit construire le premier édifice alors qu’en plein été de l’année 356, il vit la vierge qui lui indique un endroit où il aurait neigé toute la nuit. Le lendemain matin, le Pape va vérifier et il découvre effectivement tout un espace recouvert par la neige miraculeuse. Il décida donc de délimiter un périmètre afin de construire une église en l’honneur de la vierge Marie. De cette première bâtisse, il ne reste aujourd’hui plus rien et les fondations de la Basilique actuelle trouvent leur origine au Ve siècle sous le règne du Pape Sisto III.


La Façade principale


Elle est le fruit de nombreux aménagements qui ont eu lieu à travers les siècles. La façade principale est composée de 5 portiques en bas et de trois dans sa partie supérieure. Elles sont l’œuvre de Ferninando Fuga qui les érigea en 1741 et recouvrent des sublimes mosaïques datant du XIIIe siècle. Au sommet de la façade se trouvent les statues de plusieurs papes qui entourent la statue centrale de la vierge Marie et l’enfant.

L’entrée de la Basilique


Le clocher de la basilique Sainte-Marie majeure qui mesure 75 mètres de hauteur est le plus haut de la ville de Rome. Il comporte cinq cloches dont l’une sonne tous les soirs à 21 heures afin d’appeler les fidèles. Sur la droite de l’entrée principale se trouve une statue du XIIIe siècle de Philippe IV d’Espagne qui donna beaucoup d’argent pour entretenir et améliorer l’édifice. La grande porte en bronze centrale date de 1949 et représente la vierge au cours de sa vie. À proximité se situe la porte Sainte qui a été inaugurée par le pape Jean-Paul II en 2001.

L’intérieur de la Basilique


Lorsque le visiteur entre à l’intérieur de la basilique Sainte-Marie majeure, il est forcément ébahi par sa beauté et par l’étendue des richesses. Elle est composée de trois nefs qui sont séparées par de sublimes colonnes ioniques. Au-dessus de ses colonnes se trouve un mur qui monte jusqu’au plafond. A l’origine, il était composé de nombreuses fenêtres sur toute sa longueur, mais aujourd’hui on peut constater qu’une partie d’entre elles a été murée. Ce fut l’occasion de réaliser des fresques sublimes qui sont toutes dédiées à la vie de la vierge.

Sur le sol, on apprécie des mosaïques sublimes qui ont été réalisées au cours du XIIe siècle. Les mosaïques de la nef centrale datent elles du Ve siècle puisque c’est le Pape Sixte III qui en ordonna la construction. Elles représentent des scènes bibliques qui signifient qu’une terre serait promise au peuple juif.

C’est sous le règne de Nicolas IV au XIIIe siècle que l’ancienne abside fut détruite afin de reconstruire celle que nous pouvons apprécier aujourd’hui. La sublime mosaïque qui la recouvre a été financée par des cardinaux et réalisées par un franciscain. Sur cette mosaïque absolument magnifique, on retrouve l’expression du couronnement de la vierge. Elle apparaît également avec le Christ avec à leurs pieds les représentations de nombreux Papes et de l’un des cardinaux qui mis sa fortune au profit de sa réalisation.



Le baldaquin de l’autel est une œuvre de Fuga qui lui a été commandée par le pape Pie IX. On n’y trouve un reliquaire en cristal ainsi que la statue du pape lui-même dans l’hypogée selon le souhait de son successeur.



Enfin, vous ne manquerez pas de visiter la chapelle Pauline ainsi que la Chapelle Sixtine qui furent rajoutées au cours de l’histoire de la basilique Sainte-Marie majeure.

Les Chapelles Pauline et Sixtine


C’est le pape Paul V qui ordonna la construction de la chapelle Pauline à l’intérieur de l’édifice. Elle a la forme d’une croix grecque avec quatre arcs sur lesquels repose la coupole. La décoration est faite de marbres et de cadres dorés, d’anges en bronze et son autel à couleur dominante bleu est absolument majestueux. Sur la gauche de celui-ci se trouve une fresque qui représente l’apparition de la vierge. Dans la coupole retrouve des peintures de différents prophètes. On y découvre également la statue de David qui marche sur Goliath ainsi que la statue de saint Joseph. Sur la droite se situe un monument en l’honneur du pape Clément VIII TANDIS que sur la gauche une œuvre d’art à la mémoire de Paul V nous interpelle.

C’est le pape Sixte V qui ordonna la construction de la Chapelle Sixtine après le saccage de la ville de Rome en 1527. Alors que sa préoccupation principale était de redonner à la ville toute sa splendeur, il décida de réaménager totalement les espaces en aménageant notamment de nombreuses places et en déplaçant des obélisques de sites antiques. La Chapelle Sixtine est destinée aux très Saint-Sacrement. Il décida de conserver la crèche originaire du XIIIe siècle et construisit l’autel de la chapelle tout autour. Les différentes fresques représentent la vierge dans sa maternité et tout au long de sa vie. Le visiteur s’attardera également sur le tombeau du pape lui-même qui décida d’y être enterré ainsi que sur celui de Pie V qui le nomma Cardinal au cours de sa vie. Dans l’autel, on note la présence de quatre anges en bronze qui soutiennent un tabernacle.

Autres photos superbes de la Basilique


Eglise Saint Pierre aux Liens de Rome

02/06/2012 Comments off

Située sur la colline de l’Esquilin non loin du Colisée, la basilique Saint-Pierre aux liens à été construite sur ordre de l’impératrice Eudoxie afin d’abriter les chaînes de Saint-Pierre qui auraient servies à l’enchaîner dans sa prison de Jérusalem. On situe sa construction aux alentours de 430 – 440 après JC. Aujourd’hui, si les chaines sont bien conservées sous l’autel papal comme le veut la coutume, la basilique est principalement connue pour sa statue de Moïse fabriquée par Michel-Ange et qui devait se trouver initialement dans la basilique Saint-Pierre dans un projet bien plus grandiose laissé à l’abandon.

L’intérieur de l’église


L’intérieur de la basilique est composé de trois nefs avec trois absides séparées par des superbes colonnes doriques qui viennent probablement d’un site antique de Rome. Au cours des siècles, l’église fut restaurée plusieurs fois date du XVe siècle ou le parvis et le cloitre sont ajoutés. Au cours du XVIIIe siècle, le plafond est décoré par Parodis de superbes fresques représentant le miracle des chaines. Rappelons que selon la légende lorsque le pape Léon Ier a voulu comparer les chaînes à celles de la prison Mamertine, elles se soudèrent soudainement de telle façon qu’on ne pouvait plus les séparer.

Le tombeau du Pape Jules II


Le tombeau du pape Jules II est également l’une des curiosités essentielles de cette église. C’est à sa demande qu’il fut construit par Michel-Ange, et le projet initial devait être grandiose puisque 4à statues sur une hauteur de 5 mètres devaient décorer le tombeau. Mais malheureusement, Michel-Ange qui a travaillé sur une période de 40 ans à ce projet n’eut le temps de le terminer car il fut embauché sur de nombreux autres travaux de restauration par les papes au cours de sa longue vie. Il n’en reste pas moins une belle œuvre de 8,5 mètres de hauteur avec au centre une belle sculpture de Moïse qui se tient à la fois la barbe ainsi qu’un livre qui édite la loi.

Les deux statues de femmes qui sont à ses cotés sont Léa et Rachel, personnages bibliques qui incarnent la vie active et la vie contemplative.

Les photos de Saint Pierre aux Liens


111213022731741351261271285971010

Eglise de Gesu de Rome

02/06/2012 Comments off

L’église du Gésu qui se situe près de la Piazza Venezzia et du célèbre monument Victor-Emmanuel II est la principale église jésuite de Rome. Les jésuites sont à l’origine de la Contre-Réforme afin de moderniser l’église catholique. C’est au XVIe siècle que le cardinal Farnèse accepta de construire ce superbe édifice qui deviendra le siège et le symbole de ce courant religieux.

C’est l’architecte Vignola qui sera mandaté en 1568 par le pape afin de réaliser la construction. D’un point de vue architectural, la façade est plutôt de style baroque, avec deux niveaux, des colonnes et des chapiteaux qui en font un ensemble à la fois rythmé et gracieux.

L’intérieur de l’église comporte une très large nef centrale qui avait pour objectif d’accueillir un maximum de fidèles. L’autel présente ainsi la particularité d’être visible de n’importe quel endroit à l’intérieur. La décoration est absolument magnifique avec de nombreuses richesses tels que marbres polychromes, dorures, stucs, et fresques.

Parmi les curiosités de l’édifice, l’autel de Saint Ignace qui se trouve au dessus de son tombeau et qui se trouve dans une chapelle située dans le transept. La statue est faite d’argent, mais c’est une copie de l’original qui a été fondu par le pape afin de payer les dettes à Napoléon Ier.

C’est au cours du XVIIe siècle que le supérieur de l’église jésuite demanda à Gaulli de réaliser des peintures afin d’impressionner les fidèles. Aussi bien dans la coupole que dans l’abside ainsi que sur les voûtes de la nef, on admire les sublimes peintures de l’art baroque. La technique du trompe-l’œil est parfaitement utilisée. L’abside présente l’adoration de l’Agneau, la nef le triomphe du nom de Jésus, et la nef le Cycle des Anges. C’est dans la nef que se trouvent les initiales JHS qui apparaissent dans un ciel lumineux qui semble s’ouvrir vers le ciel afin d’emmener les humains vers le paradis.

Photos de l’église du Gesu de Rome


910 160 236 323 417 516 616 716 88

Circus Maximus ou le Cirque Maxime de Rome

02/06/2012 Comments off

Circus Maximus ou encore le cirque Maxime se situe dans une petite vallée qui sépare la colline du Palatin et celle de l’Aventin. De tout temps, ce fut un lieu populaire qui a servi pour des courses de chars et de chevaux, et c’est à la fois le plus grand et le plus ancien hippodrome de la ville romaine. Après de nombreux aménagements à travers les siècles, cette arène pouvait accueillir jusqu’à 250 000 spectateurs assis sur des gradins.

Le Cirque de Maxime à travers les siècles


C’est sous le règne de l’empereur Tarquin que le cirque fut aménagé afin d’y accueillir des courses de chevaux ainsi que les premiers jeux romains. En 329 avant JC, des tribunes en bois y sont installées. C’est alors que le cirque est le théâtre un peu plus tard de jeux et de festivités pour la population qui en était fan. Sous le règne de Pompée, la légende veut que des combats d’éléphants importés d’Afrique s’y déroulèrent.

Sous le règne de Jules César, en 46 avant JC, des fauteuils sont installés sur des gradins pour y recevoir tous les spectateurs d’une manière plus confortable à leur demande, et le cirque de Maxime est agrandi pour atteindre une longueur de 600 mètres sur une largeur de 200 mètres. Afin de protéger le peuple des animaux, une fosse inondée est creusées entre la scène et les gradins.

Circus Maximus sera détruit plusieurs fois au cours de son histoire à cause de divers incendies. Il est restauré une première fois par l’empereur Auguste qui y fit installé un obélisque de Ramsès qui a été déplacé pendant la renaissance par le pape Sixte V afin d’embellir la Piazza del Popolo. Lors du grand incendie dont le foyer pris naissance au Palatin, le cirque de Maxime est totalement ravagé. Il fut donc entièrement reconstruit avec des gradins en pierre et en marbre. Un nouvel incendie eut lieu au IIe siècle et Trajan, alors empereur, ordonna de le reconstruire tellement le lieu était symbolique et apprécié de la population. C’est probablement à cette époque que la capacité totale atteint 250 000 personnes. Sur l’hippodrome, les courses de chars font fureur et il pouvait y en avoir plusieurs dizaines chaque jour afin de satisfaire l’appétit des Romains. En 357, l’empereur Constance y fit installer un deuxième obélisque gigantesque que l’on retrouve aujourd’hui devant la basilique Saint-Jean de Latran. La dernière course de char se déroula en 549, date à laquelle le Cirque de Maxime est laissé à l’abandon et tombe progressivement en ruine.

La Fin de Circus Maximus


Pendant le Moyen Âge, comme de nombreux bâtiments antiques, et principalement au cours de la renaissance, le cirque servi à récupérer des matériaux afin d’aménager les places, les palais et les églises de Rome selon la volonté des Papes. C’est à cette période en 1587 que le gigantesque obélisque est transporté sur la place Saint-Jean de Latran devant la basilique.

De nos jours, le touriste ne peut découvrir que l’immense étendue du cirque, mais malheureusement il ne reste aucun vestige de cette époque. Seuls les deux obélisques sont encore présents dans Rome aux endroits évoqués précédemment. Néanmoins, c’est un lieu incontournable de la Rome Antique car il reste jusqu’à ce jour le plus grand stade sportif du monde. Sur les pentes du mont palatin, on a une vue imprenable sur les ruines de la Domus Augustana qui est une vaste demeure impériale dont vous pouvez avoir des précisions sur la plage consacré à cette colline, berceau de la civilisation romaine.

Categories: Rome antique